de l’encre à l’écran…

Découvrez la première partie du témoignage de Mathieu qui s’engage dans un parcours de reconversion vers le métier de community manager.

Les mains dans l’encre depuis 25 ans

Après une formation d’opérateur PAO (Publication assistée par ordinateur) qui le destinait à travailler derrière un ordinateur, Mathieu est finalement arrivé par filiation, non sans plaisir, au métier d’imprimeur.

Après 25 ans de carrière dans ce domaine, dont 15 ans d’horaires en 2×8, Mathieu sait qu’il ne peut plus évoluer au sein de son entreprise. Les conditions de travail ne lui conviennent plus : elles impactent son moral et sa santé physique, et elles ne sont plus compatibles avec sa situation familiale (un adolescent de 12 ans et deux jumelles de 7 ans, ça occupe !).

Il est temps de tout arrêter et de changer de métier !

L’émergence d’un nouveau projet

Une question s’impose vite dans l’esprit de Mathieu : « Qu’est-ce que je sais faire d’autre ? ».

Le bilan est rapide : depuis longtemps, Mathieu a une forte appétence pour la communication, le Web, le relationnel et l’écriture. Autodidacte, il a créé et gère bénévolement quelques pages de réseaux sociaux pour sa ville, sa famille ou des associations.  

Il s’oriente donc naturellement vers ce domaine, qu’il apprécie et dans lequel il estime avoir déjà quelques compétences : c’est décidé, il souhaite devenir community manager.

Un community manager, c’est la personne qui anime et fédère des communautés sur Internet pour le compte d’une société, d’une marque, d’une institution par exemple. Un métier en constante évolution, donc.

Se confronter à la réalité du marché

Mathieu doit tout de même vérifier que les réalités de ce métier correspondent bien à ce qu’il a en tête, et qu’il pourra trouver un emploi facilement. Avec la crise sanitaire, impossible de faire de vrais stages d’immersion mais pour compenser, il passe deux journées avec une community manager du secteur de Vannes et multiplie les entretiens conseils avec des professionnels. Tout cela le conforte dans son projet.

Il comprend que, dans ce domaine, peu d’offres d’emploi sont publiées sur les sites institutionnels et que le recrutement se fait par les réseaux sociaux, le bouche à oreille, ou le marché caché.

Il sait que la crise sanitaire incite beaucoup d’entreprises, de commerces, et d’associations à revoir leur mode de communication et à se tourner vers le numérique. C’est d’ailleurs le cas d’une entreprise de son entourage, qui est prête à l’employer dès sa formation terminée.

Mettre en place le changement et trouver la formation adéquate

À partir de là, comment mettre en œuvre son projet pour changer de métier ?

Comme tout le monde, Mathieu tape les mots-clés « reconversion » et « démission » dans un moteur de recherche. Il découvre qu’il peut être aidé par un.e Conseiller.ère en Évolution Professionnelle (CEP), un service gratuit et ouvert à tous les salariés.

Avec l’aide de sa CEP, il parcourt le site du réseau des CARIF OREF, à la recherche de la formation idéale. Il souhaite trouver un cursus suffisamment long et complet pour se former correctement, dans un centre à taille humaine, où il est possible d’avoir des échanges constructifs et instructifs avec les formateurs.

Sa recherche se concentre d’abord sur la Bretagne, mais, après avoir constaté qu’il y a peu d’offres de formations inscrites au RNCP, il élargit sa recherche à la France entière. Finalement, son choix se porte sur la formation « Community manager avec spécialisation de contenus créatifs » proposée par l’IMCI (Institut des Médias et de la Communication sur Internet) à Paris.

La question du financement

Le projet, c’est bon. La formation, c’est bon. L’organisme de formation, c’est bon.

Reste la question du financement : il n’est pas possible pour Mathieu de quitter son emploi et de partir se former sans sécurité financière. Au départ, il cherche des formations qu’il peut payer avec son Compte Personnel de Formation (CPF). Cela restreint d’ailleurs ses recherches.

C’est sa CEP qui lui parle de Transitions Pro Bretagne et des dispositifs permettant aux salariés de se reconvertir. Mathieu songe d’abord à utiliser le dispositif « Démission Reconversion ». Mais il opte finalement pour un Projet de Transition Professionnelle (PTP), plus en adéquation avec son projet.

Le voici donc embarqué dans la deuxième partie de cette aventure : le montage du dossier de demande de financement auprès de Transitions Pro …

La suite au prochain épisode !

Aller à la barre d’outils